Questions fréquentes

L’accueil d’un étudiant reste insuffisamment connu et fait l’objet d’idées reçues.

Perte de temps ?

Le rôle de MSU prend du temps en tout début de stage, mais cela est compensé par la suite. L’étudiant s’adapte à votre pratique et vous suit.
La présence d’un interne permet d’alléger la charge de travail après quelques semaines de pratique. C’est un gain de temps potentiel. Il peut avancer la consultation en rédigeant les ordonnances, en remplissant le dossier. Puis, en autonomie, il peut voir les urgences ou faire une visite à domicile pendant que vous effectuez vos propres consultations.

Lourdeurs administratives ?

La démarche pour devenir MSU est simple et la charge administrative est faible. Il n'y a que quelques documents à fournir.
Le plus important est de se lancer en contactant votre Département de Médecine Générale !
Les démarches pour accueillir un étudiant, varient légèrement en fonction des universités. Principalement une convention ou un dossier de candidature ainsi qu'une demande d'agrément seront à signer avec votre DMG. En fin de stage, une évaluation de l’étudiant sera à remplir et à communiquer au DMG.
À noter : il vous faut informer votre assurance que vous devenez maître de stage. Cela n’entraîne pas de surcoût sur la RCP.

Retrouvez les modalités selon votre université :

Obligation de formation pédagogique ?

Devenir MSU requiert une formation pédagogique minimale. La maîtrise de stage ne relève pas du simple compagnonnage mais d’un véritable enseignement avec des techniques pédagogiques adaptées.
Les formations obligatoires selon les stages sont décrites dans la rubrique Les 4 Stages et/ou sur le site du CNGE.

Obligation de formation pédagogique selon votre université :

Relation avec l'interne ?

Il y a une réelle motivation de l’étudiant à réaliser son stage en ville. Il s’adapte à votre pratique et est là pour apprendre et non pas juger !
La maîtrise de stage représente un réel enseignement pratique et théorique. La relation médecin-étudiant est aussi une relation d'échange et de partage.
L'interne peut apporter des connaissances théoriques actualisées pendant que vous lui enseignez un savoir faire qu’il ne peut pas apprendre à l’hôpital. Il peut apporter un regard extérieur sur votre pratique tout à fait bénéfique.
Durant le stage, vous pouvez observer votre interne et le voir évoluer. En phase d’autonomie, vous débriefez en fin de journée les consultations effectuées.
Ces échanges avec un futur confrère, ces rencontres au fil des stages deviennent alors très intéressants et permettent aussi d'évoluer positivement dans votre pratique quotidienne.

Organisation ?

L’étudiant s’adapte à l’emploi du temps du maître de stage. Il est accueilli par un binôme ou trinôme de MSU en fonction du niveau. Ainsi, les journées à réaliser par l’étudiant sont partagées avec les autres MSU.
Pour les stages de niveau 1 et 2, l’interne dispose d’une journée par semaine pour sa formation théorique et son travail personnel de thèse, mémoire ou publications. Il peut également réaliser des demi-journées de formation auprès de médecins spécialistes ou de personnel paramédical, pour compléter sa formation.
Le MSU dispose donc d’une liberté d’organisation de son emploi du temps.

L’accueil de l’étudiant peut nécessiter une adaptation de l’organisation de l’espace.
Des petits locaux ne sont pas un frein. L’interne en phase d’autonomie peut consulter seul pendant que le maître de stage s’occupe de tâches administratives par exemple.

Relation avec la patientèle ?

En règle générale, les patients acceptent très bien les étudiants durant la consultation. Il est important de leur signaler la présence de l’étudiant (affiche en salle d’attente, information par la secrétaire, présentation de l’étudiant par le médecin).
La fonction d’enseignant est valorisante pour l’image du médecin généraliste auprès du patient.
Ce dernier peut refuser l’étudiant au cours de la consultation mais cela arrive rarement.
La relation triangulaire médecin / étudiant / patient dynamise la consultation : le patient est recentré dans la prise en charge partagée. Il est le pôle d’intérêt principal quand l’étudiant pose des questions.

Perte financière ?

Le Maître de Stage est indemnisé pour son enseignement par rémunération directe (honoraires pédagogiques variant selon le niveau de l’étudiant et l’organisation du stage).
Il peut aussi percevoir une rémunération indirecte qui sont les honoraires recueillis par les internes de niveau 1 consultants seul et de niveau 2.